MISE À JOUR SUR LE CORONAVIRUS (COVID-19): Nos mesures d’hygiène et de sécurité En savoir plus

MISE À JOUR SUR LE CORONAVIRUS (COVID-19) :En savoir plus

La calvitie femme est encore peu connue

Connaissez-vous la calvitie chez la femme ?

On associe souvent la perte des cheveux à un phénomène masculin. Pourtant, le problème de la calvitie chez la femme est plus fréquent qu’on le pense.

Bien qu’elles en souffrent, les femmes parlent peu de leur perte de cheveux. Cet article vous propose de mieux connaitre la question de la calvitie chez la femme.

Sommaire

  1. Les formes de l’alopécie chez la femme
  2. Les différentes causes de calvitie chez la femme
  3. Quelles sont les solutions à l’alopécie féminine ?
  4. Conclusion : la calvitie chez la femme, complexe et méconnue

Les formes de l’alopécie chez la femme


Femme ou homme, cet étape reste la même : pour pouvoir traiter votre calvitie il faut en déterminer la cause.

Votre alopécie peut être aiguë ou chronique. Dans sa forme aiguë, elle vient souvent d’un dérèglement hormonal, d’un stress, d’un traitement médicamenteux ou d’une infection.

La forme chronique, elle, peut être le témoin d’un problème endocrinien, d’une carence en fer ou d’une sensibilité héréditaire à la DHT.

Calvitie femme : le type d’alopécie peut vous donner un indice

L’alopécie circonscrite, aussi appelée pelade ou alopecia areata est une chute de cheveux sur une zone limitée. Elle est souvent due à une inflammation du cuir chevelu, elle-même due à des facteurs tels que le stress.

Lorsqu’elle apparaît brusquement et touche tout le crâne, la chute de cheveux est nommée effluvium télogène. Elle est souvent due à un postpartum, une infection ou une maladie. On retrouve ce type d’alopécie dans une forme moins marquée de manière saisonnière, en automne, chez beaucoup de femmes.

Les différentes causes de calvitie chez la femme


Quand l’origine est hormonale et génétique

La calvitie féminine peut être androgénétique, c’est-à-dire héréditaire. Dans ce cas, les facteurs hormonaux seront déclencheurs ou aggravants.

Les cheveux se dégarnissent à partir de la raie centrale et deviennent clairsemés. On peut le voir sur l’échelle de Ludwig, destinée à suivre cette forme de calvitie chez la femme.

Après une grossesse, certaines femmes sont victimes d’alopécie. Cela est dû à un bouleversement hormonal. Les cheveux tombent quelques mois après l’accouchement et la chute se règle souvent d’elle-même.

Si le phénomène peut être impressionnant, les hormones se rééquilibrent rapidement. Vous pouvez néanmoins modérer le problème à l’aide de compléments alimentaires ou d’huiles végétales.

Vers 50 ans les hormones sont modifiées. La baisse des œstrogènes et de la progestérone entraîne l’augmentation du taux d’hormones mâles. Cela peut provoquer une chute des cheveux androgénétiques chez les personnes génétiquement sensibles à ces hormones.

L’hyperandrogénie, un excès d’hormones mâles, entraîne aussi la calvitie héréditaire chez les femmes. Dans ce cas, elle est souvent associée à un hirsutisme ou à de l’acné. Il faut consulter un médecin pour que le souci soit pris en charge.

Comprendre l’évolution de l’alopécie androgénétique chez la femme grâce à l’échelle de Ludwig

L’échelle de Ludwig permet de suivre l’évolution d’une calvitie femme

Chez la femme, la calvitie héréditaire ne se présente pas de la même manière que chez l’homme. Elle est souvent localisée ou se traduit par une perte de densité. Pour évaluer les solutions adaptées à votre chute de cheveux, il est important d’évaluer d’abord l’étendue de votre calvitie.

La gravité de l’alopécie chez les femmes s’évalue grâce à l’échelle de Ludwig. Cette échelle comporte quatre stades, là où on en trouvera sept pour son équivalent masculin.

  • Le stade 1 correspond à une alopécie diffuse, légère avec une accentuation sur le sommet crâne.
  • Au stade 2.1, la zone au sommet de la tête se dégarnit visiblement autour de l’implantation centrale.
  • Au stade 2.2, cette zone dégarnie s’élargit encore pour prendre une forme plus arrondie.
  • Le stade 3 est marqué un dégarnissement auréolé, laissant le sommet du crâne sans cheveux excepté sur la ligne frontale.

L’alopécie de traction

L’alopécie de traction se repère lorsque les cheveux chutent au niveau des tempes et à la lisière du front, là où ils sont le plus fragiles.

Une traction prolongée sur ces follicules pileux les abîmes et ils deviennent incapables de créer de nouveaux cheveux. Cette calvitie, qui concerne principalement les femmes, est due au port de coiffures serrées, qui tirent sur le cuir chevelu de manière prolongée.

Pour prévenir ce type d’alopécie, il est recommandé d’éviter les coiffures trop serrées. Préférez des cheveux détachés ou des queues de cheval, tresses et chignons assez lâches.

Si vous constatez que vos cheveux se fragilisent, et que vous soupçonnez que vos coiffures serrées soient responsables, laissez vos cheveux lâchés quelques temps tout en traitant votre cuir chevelu avec de l’huile de moutarde ou de l’huile de ricin.

Ces dernières stimulent la régénération cellulaire et donc la pousse des cheveux. Massez votre cuir chevelu pour compléter ce traitement. Si le phénomène est important, consultez un spécialiste : il est le seul à pouvoir vous proposer une solution adaptée.

Carences et maladies peuvent être responsables de la calvitie chez les femmes.

Si aucune des causes citées ci-dessus ne vous semble logique, il est important de regarder du côté de votre santé.

Effectivement, une carence en certains nutriments peut provoquer une chute de cheveux. Une carence en fer dans le cas de femmes qui ont des règles très abondantes par exemple.

Des maladies infectieuses, telles que le VIH ou la syphilis ou des maladies auto-immunes comme le lupus peuvent également provoquer la chute des cheveux. Si vous soupçonnez une de ces causes, consultez votre médecin pour remédier au problème.

Quelles sont les solutions à l’alopécie féminine ?



Si ce problème est modéré, vous pouvez miser sur des compléments alimentaires destinés aux cheveux. De plus si vous savez que vous êtes héréditairement prédisposée à la chute de cheveux, vous pouvez la retarder. Il existe en effet des traitements naturels, mais ils sont à utiliser avant qu’il n’apparaisse.

Dans le cas où la chute de cheveux est due à une carence, il est important pour votre santé de traiter cette dernière. Un avis médical sera le bienvenu. Les compléments alimentaires peuvent compléter votre démarche.

Dans le cas d’une chute de cheveux due à une autre cause, ils pourront les renforcer mais ils ne seront pas efficaces pour stopper leur chute.

Le maca sera un bon allié. Il stimule la multiplication cellulaire, agissant ainsi sur le cuir chevelu. Il contient également des vitamines, minéraux et acides aminés permettant de nourrir le cheveu. La spiruline est elle aussi très riche en vitamines et acides aminés, essentiels pour créer le cheveu et le garder en bonne santé.

Dans le cas d’une alopécie plus sévère, si les zones donneuses sont encore fournies, ce qui est le plus souvent le cas chez la femme, le recours à la micro-greffe est tout à fait possible. La greffe de cheveux est souvent réussie et les techniques actuelles garantissent un résultat à l’aspect naturel.

Conclusion : la calvitie chez la femme, complexe et méconnue


Les causes de l’alopécie féminine sont nombreuses. Loin d’être des cas isolés, les femmes victimes de calvitie ont pourtant souvent peur d’en parler.

La première démarche à faire est de consulter un spécialiste qui saura vous aiguiller sur la bonne voie. Identifier le type d’alopécie dont vous souffrez ainsi que son stade vous permettra de vous diriger vers le traitement le plus adapté.

Dans le cas d’une chute de cheveux légère, des traitements naturels et des compléments peuvent être utiles. En revanche, des solutions telles qu’une greffe de cheveux pour femme seront plus adaptées aux formes plus sévères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas enregistrée.