plan rapproché sur les tempes d’une personne présentant une alopécie

Tout savoir sur l’alopécie

Le mot alopécie vient du mot latin alopekia, lui-même dérivé d’alopex, qui signifie renard.

Dans cet article, nous vous expliquons ce que ce terme signifie et dressons une liste des différentes alopécies.

Sommaire


  1. Qu’est ce que l’alopécie ?
  2. Les alopécies non cicatricielles
  3. Les alopécies cicatricielles
  4. Comment savoir si l’on souffre d’alopécie ?
  5. Conclusion : à noter sur l’alopécie

Qu’est ce que l’alopécie ?


Le mot alopécie est le terme scientifique qui désigne la chute totale ou partielle des cheveux ou des poils.

Cependant, il s’agit toujours d’une chute de cheveux plus importante que la normale. Ne la confondez pas avec la perte toute naturelle de jusqu’à 100 cheveux par jour !

L’alopécie évolue aussi avec l’âge et concerne surtout les hommes. Au niveau statistique cela équivaut à 25% des personnes âgés de plus de 20 ans, 40% pour des plus de 40 ans et 50% pour les plus de 50 ans. Les femmes peuvent aussi être touchées, mais la perte de cheveux est plus diffuse.

Il existe deux grandes formes d’alopécie

  • Alopécie cicatricielle

Le follicule pileux est définitivement détruit et remplacé par un tissu fibreux. Le cheveu ne peut donc définitivement plus repousser. Elles sont dues à des pathologies ou à des accidents.

  • Alopécie non cicatricielle

La croissance des cheveux est réduite ou ralentie sans lésion irrémédiable du follicule pileux. Dans ce cas, les cheveux peuvent en théorie repousser.

Les alopécies non cicatricielles


Alopécie androgénétique

Il s’agit de la forme la plus courante de cette pathologie. Les cheveux se raréfient sous l’influence des hormones mâles. Elle est génétique et il y a souvent des antécédents familiaux.

On distingue les alopécies androgénétiques féminine et masculine. Elle peut mener à une calvitie complète.

Traitements : médicaments (Minoxidil, Finastéride chez les hommes), solutions naturelles, alimentation, greffe de cheveux.

Alopécie de traction

C’est une perte de cheveux due à des coiffures trop lourdes ou trop serrées. La tension excessive appliquée sur les cheveux les fait tomber. Si le souci n’est pas pris en main à temps, la perte peut être définitive.

Traitements : arrêt des pratiques de coiffures problématiques. Solutions naturelles, alimentation qui stimule la pousse, greffe de cheveux si elle n’intervient pas.

Alopecia areata ou pelade

dessus du cuir chevelu d’une personne atteinte d’alopecia areata
La pelade est une maladie auto-immune. Les cheveux tombent car l’organisme attaque lui-même ses propres follicules pileux. Des tâches chauves de forme circulaire apparaissent sur le cuir chevelu.

Il existe des variantes de l’alopecia areata :

  • Alopecia totalis : chute complète des cheveux et poils de la tête.
  • Alopecia universalis : tous les poils du corps sont touchés.
  • Alopecia barbae : c’est la barbe qui est atteinte et présente des trous de forme ronde.

Traitements : corticostéroïdes en injection, oraux ou en application locale. Alternativement immunomodulateurs. Solutions cosmétiques, produits de soin pour stimuler la repousse (lorsqu’elle intervient).

Alopécie due à un déséquilibre hormonal

Dans ce cas, on retrouve le même mécanisme de perte de cheveux que l’alopécie androgénétique. Simplement, le phénomène est soit réversible, soit lié à une pathologie.

  • Fluctuations hormonales au cours de la vie : peuvent entraîner des pertes de cheveux temporaires. Citons la puberté, ou chez les femmes la naissance d’un enfant.
  • Hyperandrogénie : cet excès d’androgènes peut conduire à une perte de cheveux chez la femme. Elle suit un schéma d’alopécie androgénétique masculine.
  • Maladies de la thyroïde : hypo- et hyperthyroïdie provoquent des pertes de cheveux.

Traitements : traitement médicamenteux

Alopécie due à des médicaments

  • Médicaments divers : la prise de médicaments (pilule contraceptive, lithium, etc.) peut déclencher un effluvium télogène. Un nombre très important de cheveux passe en phase de repos et finit par tomber.
  • Chimiothérapie : entraîne un effluvium anagène, les cheveux interrompent brusquement leur croissance. Ils commencent à repousser 6 à 8 semaines après la fin du traitement.

Traitements : modification du traitement médicamenteux, cryothérapie (chimiothérapie), solutions naturelles et alimentation pour stimuler la repousse.

Alopécie due au stress

  • Stress aigu : un évènement spécifique, généralement intense, déclenche un effluvium télogène.
  • Stress chronique :  l’exposition prolongée à des hormones de stress dégrade la santé capillaire.

Traitements : réduction du stress, alimentation et solutions naturelles pour encourager la repousse.

Alopécie due à des carences nutritionnelles

Une alimentation trop pauvre en protéines, zinc, fer ou vitamines du groupe B peut être à l’origine d’une perte de cheveux.

Traitements : corriger la carence, alimentation et solutions naturelles (compléments alimentaires).

Trichotillomanie

Les personnes atteintes de trichotillomanie s’arrachent compulsivement et inconsciemment les cheveux.

Traitements : thérapie cognitivo comportementale, solutions naturelles lorsque la repousse commence.

Teigne du cuir chevelu

La teigne du cuir chevelu est une infection à mycosique du cuir chevelu dont l’un des symptômes est une perte de cheveux localisée.

Traitements : anti mycosiques oraux et locaux, antifongique. Soutien de la repousse avec des solutions naturelles et via l’alimentation.

Les alopécies cicatricielles


La plupart de celles-ci sont causées par des maladies, en voici la liste.

  • Lymphocytaires : lupus cutané érythémateux chronique, lichen plan pilaire, pseudo pelade, alopécie centrale centrifuge, alopécie mucineuse, kératose folliculaire épineuse décalvante
  • Neutrophilique : folliculite décalvante, cellulite ou folliculite disséquante
  • Mixte : acné (folliculite) chéloïdienne, acné (folliculite) nécrotique, dermatose pustuleuse érosive

Traitements : prise en charge de la maladie ayant comme symptôme la perte de cheveux. Solutions cosmétiques. Greffe de cheveux parfois possible mais très délicate.

Brûlure

Les brûlures accidentelles, mais aussi celles – très rares – induites par des décolorations capillaires, induisent une alopécie irréversible.

Traitements : prise en charge de la maladie ayant comme symptôme la perte de cheveux. Solutions cosmétiques. Greffe de cheveux là aussi très délicate.

Comment savoir si l’on souffre d’alopécie ?


vue de dos d’une personne en train de tirer une mèche entre ses deux doigts pour réaliser un test de traction
Pour savoir si le nombre de cheveux perdus par jour dépasse la normale de 50 à 100 cheveux, faites un test de traction.

Répétez l’opération suivante sur le front, tempes, dessus et arrière de la tête.

  1. Prenez une mèche d’environ 50 cheveux entre votre pouce et votre index.
  2. Tirez légèrement sur cette mèche de la racine jusqu’à la pointe.
  3. Combien de cheveux sont restés entre vos doigts ? Si c’est plus de 5 par mèche, alors la perte des cheveux est considérée comme anormale.

Il faut alors consulter un médecin pour déterminer la cause de votre alopécie et trouver un traitement adapté.

Conclusion : à noter sur l’alopécie

  • L’alopécie désigne la perte de cheveux.
  • Ses causes les plus fréquentes sont l’alopécie androgénétique, l’effluvium télogène (stress, médicaments) et la pelade.
  • Le traitement de l’alopécie dépend de ce qui la cause.
  • La première étape lorsque l’on perd ses cheveux est de consulter un médecin.

Pas encore de commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.